J’aime, j’aime beaucoup: « Marmotte » de Bryan Perro

Comme je l’indiquais dans mon billet précédent, voici venu le temps de vous présenter mon premier coup de cœur québécois!

MARMOTTE (BRYAN PERRO)

MarmotteÉditeur: Perro Éditeur

Date de parution: Août 2012 (Éditions des Glanures en 1998, Intouchables en 2002)

Nombre de pages: 192 p.

ISBN: 9782923995069

Résumé / Extrait:

Les turbateurs étaient en ville aujourd’hui. Nous avons pété la gueule aux blôkes. Les blôkes sont des chiens sales. C’est pas moi qui le dis, c’est Tarzan. On ne peut pas se fier aux blôkes. Dès que tu as le dos tourné, ils te plantent un couteau entre les hommes aux plates. On ne peut pas faire confiance aux blôkes. Les samedis, les turbateurs vont souvent à la chasse aux blôkes. C’est moi le chef des turbateurs parce que je suis le père turbateur. Les marmottes aiment se battre. Je suis le chef parce que j’ai Rintintin, mon fidèle compagnon. Les autres turbateurs me suivent. Il suffit que je dise : “Bon. Goddamfuckinfrench!” pour que tous les turbateurs crient d’une seule et même voix: “YES!!! Les blôkes! Les blôkes! Les blôkes!!!”
Dans ce roman, les valeurs sociales sont scrutées sous un angle nouveau, surprenant, rafraîchissant, décapant. On peut y voir une satire absolument cruelle de l’“Homo quebencis”, mais surtout une pantomime sensible, bien orchestrée, qui nous fait passer des larmes aux rires, de la tendresse à la violence. (Extrait tiré du catalogue de Perro Éditeur.)

Ce petit roman raconte l’histoire de Marmotte, un jeune garçon à l’imagination fertile qui habite avec son père (Tarzan), sa mère (Lapute), son petit frère (qui vient de la planète des fruits), sa sœur aînée (la reine d’Angleterre) et sa grand-mère (la sorcière). Pour mieux survivre au sein de sa famille dysfonctionnelle, Marmotte nous raconte son monde et ses épreuves dans ses mots ; ce qui devient pour nous un voyage déjanté dans un autre univers semble être en vérité, pour lui, le reflet d’une réalité difficile à concevoir autrement.

Pourquoi je l’aime:

J’ai découvert ce roman en cinquième secondaire, alors qu’il figurait au programme dans nos cours de français. Selon moi, l’expérience de lecture a grandement été bonifiée par le fait que notre enseignante nous lisait le roman, chapitre par chapitre, à la fin de chacun des cours ; yeux fermés, nous n’avions qu’à l’écouter nous raconter l’histoire et à nous plonger dedans. Il faut avouer que le style presque « parlé » de l’écriture rendait l’expérience plutôt efficace!

Ce qui m’a plu dans ce roman, c’est la manière dont Bryan Perro parvient à traiter plusieurs sujets très durs (pauvreté, violence familiale, inceste, etc.) de façon presque sous-entendue, à travers le regard coloré de son petit personnage. Il faut dire que l’on passe aisément du rire au silence lorsqu’on lit Marmotte: un instant, on rigole devant le vocabulaire imagé du protagoniste (Monsieur Moncrisdecav, la Scie Garète, écouter Lâké, les Tas-Unis)… et l’instant d’après, on décode la scène qui se déroule derrière les mots et on en ressent toute la gravité.

Cette œuvre n’est pas récente et n’est pas particulièrement connue, mais je pense qu’elle vaut vraiment la peine d’être lue. C’est vrai que l’écriture très décousue, très collée aux pensées de Marmotte peut être agaçante au départ, mais en bout de ligne, je pense qu’elle fait partie intégrante de l’originalité de ce roman. Si vous avez la chance de mettre la main dessus, je vous le conseille fortement (et puisqu’il a été réédité dans les dernières années, il est sans doute plus facile à trouver qu’avant ; vous n’avez plus d’excuse!)

À lire aussi (du même auteur): La série Amos Daragon est devenue, pour moi, un classique des littératures de l’imaginaire pour la jeunesse. Cette série est une belle façon d’initier les jeunes lecteurs à la fantasy, avec son histoire captivante, ses personnages attachants et son humour toujours présent en filigrane. Elle a été rééditée récemment en quatre volumes chez Perro Éditeur. Si vous ne l’avez pas déjà lue et que le cœur vous en dit, n’hésitez pas: plongez!

Publicités

2 réflexions sur “J’aime, j’aime beaucoup: « Marmotte » de Bryan Perro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s